45 000 personnes sont victimes, chaque année, d’un arrêt cardiaque. Le cœur, pour différentes raisons, fibrille et n’assure plus la circulation du sang dans l’organisme et dans le cerveau. Après un arrêt cardiaque, le taux de survie à 30 jours est actuellement inférieur à 5%. L’utilisation immédiate d’un défibrillateur permet d’augmenter significativement cette espérance.

Or, à l’exception de recommandations parues au journal officiel, aucun texte n’existait concernant l’équipement en défibrillateurs. La loi 2018-527 du 28 juin 2018 remédie à ceci, et impose progressivement aux ERP de s’équiper en défibrillateur automatisé externe (DAE).

A quoi sert un défibrillateur automatique externe (DAE) ?

Un défibrillateur automatisé externe est un appareil permettant de relancer le cœur par un choc électrique lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque. Celui-ci va analyser l’activité du cœur pour reconnaître une anomalie du fonctionnement électrique et va délivrer un choc électrique afin de relancer l’activité du cœur.

Toute personne est autorisée à utiliser un défibrillateur pour porter secours à quelqu’un en situation d’arrêt cardiaque. L’utilisateur remplit alors l’obligation de porter secours, il ne peut donc faire l’objet de poursuites en cas de décès.

Aucune formation n’est nécessaire, mais il est préférable que les utilisateurs connaissent les gestes de premiers secours pour réagir instinctivement.

Les défibrillateurs doivent être placés à la vue de tous,  dans un lieu facile et rapide d’accès.  Ces critères sont indispensables pour que l’intervention soit la plus rapide et la plus efficace possible.

Quels ERP sont concernés ?

Le décret n° 2018-1186 du 19 décembre 2018 précise les ERP qui devront s’équiper.

À partir du 1er janvier 2020, les établissements des catégories 1 à 3, c’est-à-dire les établissements pouvant recevoir plus de 300 personnes, devront en être équipés.

À partir du 1er janvier 2021, ce sont les ERP de 4e catégorie qui sont concernés.

Enfin, à partir du 1er janvier 2022, certains ERP de 5e catégorie seront également concernés :

  • Les structures  d’accueil pour personnes âgées,
  • Les structures d’accueil pour personnes handicapées,
  • Les établissements de soins,
  • Les gares,
  • Les hôtels-restaurants d’altitude,
  • Les refuges de montagne,
  • Les établissements sportifs clos et couverts ainsi que les salles polyvalentes sportives.

Ce décret impose également aux exploitants de transmettre les informations concernant le lieu d’implantation et l’accessibilité de leurs appareils. Cette traçabilité pourra également permettre de suivre la maintenance des appareils, qui est obligatoire pour le propriétaire de l’établissement.

 

Retrouvez-nous